Économie sociale : La Région Occitanie espère être labellisée

Christophe Itier est le haut commissaire à l'économie sociale et solidaire. Photo : Manuel Bouquet-Terra.

Sur le modèle de la French Tech, le Haut commissaire à l’ESS, l’économie sociale et solidaire, Christophe Itier, a créé le label French Impact. Vingt premiers territoires ont reçu cette appellation (1), de quoi bénéficier d’aides à l’innovation sociale. Surprise, l’Occitanie, pourtant terre fertile en la matière, n’y figure pas. Sauf une… seule structure, Figeacteurs, à Figeac (Lot). C’est peu pour la 3e région française en la matière. Peut-être l’Occitanie sera-t-elle labellisée d’ici la fin de l’année, espère la vice-présidente de la région.

Le but de ce French Impact est de faire émerger des solutions et des pratiques qui puissent servir d’exemples nationaux. Ces territoires distingués auront entre autres un accès à un fonds d’amorçage de 100 millions d’euros dédié à la création d’entreprises. Car Christophe Itier en a fait son mantra depuis sa nomination : l’ESS détient un potentiel d’emploi très important.

L’idée sous-jacente est aussi de « faire converger » entreprises classiques et celles de l’ESS (associations, coopératives…) en favorisant achats responsables ou le mécénat. Portés par des collectifs d’acteurs dont des collectivités locales, ces territoires se sont fixé des objectifs sociaux et environnementaux. Pour les atteindre, ils bénéficieront, pour ceux qui ont été labellisés, d’un accompagnement piloté par le Haut-commissariat et l’association French impact, ainsi que d’un accès à d’autres dispositifs de soutien notamment juridiques et financiers.

  • (1) Les 20 premiers territoires sur 50 candidats :Aix-Marseille-Provence ; Clermont-Ferrand ; Est Ensemble ; Figeac ; Le Mans – Sarthe ; Lyon-Métropole ; Mayotte ; Montreuillois ; Nantes Métropole ; Pays de Grasse ; Région Bretagne ; Région Normandie ; Région Nouvelle Aquitaine ; Roissy Pays-de-France ; Roubaix ; Strasbourg Eurométropole ; Territoire Lédonien – Cluster’Jura ; Territoire Olympique 2024 ; Valence-Romans ; Vallée de la Marne.
  • Pour être labellisés, ces territoires ou collectifs devaient notamment identifier trois défis environnementaux et sociaux pour le territoire, assortis d’objectifs clairs à atteindre. Ainsi le territoire Aix-Marseille-Provence – soutenu par la Métropole – s’est-il fixé  de cultiver Marseille ; utiliser les hectares disponibles en ville, répondre au besoin de formation de l’agriculture urbaine, ; qu’il n’y ait zéro personne à la rue (transformation de la prise en charge des demandes d’hébergement d’urgence), créer un réseau de contributeurs citoyens et mutualiser les ressources humaines, espaces, données ».
  • A LIRE : Le haut commissaire à l’ESS mets l’économie sociale au rang de la gastronomie et du luxe
  • A LIRE AUSSI : Les Scops veulent prendre part au débat