Économie : L’Occitanie, 1ère région d’Europe à lancer un Green New Deal

Carole Delga avec Nadia Pellefigue. Photo : Emmanuel Grimault - Région Occitanie.

Alors que les conséquences du covid-19 s’annoncent désastreuses pour l’emploi, la Région Occitanie saisit l’opportunité d’un plan d’investissement pour un nouveau modèle de société et de promotion d’énergies décarbonées visant à atténuer le réchauffement climatique et aussi à créer de l’emploi. Une démarche d’une ampleur « unique en Europe ». Sans oublier quelques saillies envers Macron…

La crise a donné raison à la région Occitanie. D’Occitanie 2040 – une vision vertueuse à long terme pour faire évoluer ce territoire vers une société plus durable et plus juste, lancée en décembre dernier – au Green New Deal – construire un nouveau modèle de société – Carole Delga (PS) a rappelé que sa collectivité avait « anticipé » et que ces dispositifs, nombreux, entrent en résonance avec les déclaration du 14-Juillet d’Emmanuel Macron (lire ci-dessous). Même si pour le rail, la conversion du président de la République laisse la présidente de Région « super surprise ». Et même si la crise sanitaire, économique et sociale est venue porter un coup d’arrêt à cet élan (1).

« Revisiter en profondeur notre modèle de développement »

Carole Delga décrypte : « Nous ne découvrons pas ces évolutions de long terme que covid-19 n’a fait que mettre spectaculairement sur le devant de la scène. Au sein de la Région Occitanie, nous nous y sommes préparés et l’adoption en décembre dernier de notre feuille de route Occitanie 2040 en est la démonstration. Ce texte, qui prend acte des changements profonds amorcés depuis le début de notre mandat à travers nos politiques régionales, engage notre collectivité à « revisiter en profondeur notre modèle de développement », à revoir « les logiques qui ont conduit à la crise climatique et écologique », à construire un modèle « juste et durable », « propre à notre région », « en accompagnant celles et ceux qui seront les plus impactés, en associant les habitants de notre région à ce projet de société ».

Green New Deal salué par le Haut conseil pour le climat

Du coup, ce jeudi doivent être approuvées en séance plénière les mesures du plan régional de relance de l’emploi ; l’acte 1 du Green New Deal (les grandes orientations, le volet sur l’alimentation et une grande première : la convention citoyenne.) « Notre Green New Deal a été le seul plan salué par le Haut conseil pour le climat dans son rapport particulièrement critique envers  l’Etat », a souligné en préambule Carole Delga. L’alimentation durable en est un axe fort. Le budget est de 24 M€ pour 2020-2021, avec un effet levier de 75 M€. Parmi les projets : créer des tiers lieux dans les lycées agricoles ; expérimenter la création de ceintures maraichères péri-urbaines pour permettre un approvisionnement au plus près des villes en fruits et légumes majoritairement bio ; mise en place d’une production régionale de porcs durable ; création d’un fonds foncier agricole ; et d’un plan protéines végétales, etc.

Nous voulons sortir de l’hyper-métropolisation, trouver un modèle de développement moins consommateur en énergie et en terres agricoles et faisant la part belle aux circuits courts »

Carole Delga
Carole Delga avec Nadia Pellefigue. Photo : Emmanuel Grimault – Région Occitanie.

Dans son rapport, en effet, le Haut Conseil pour le Climat valorise notamment la création des éco-chèques logement et transport, mais aussi l’application de tarifs réduits pour encourager la mobilité collective, ainsi que le développement des budgets participatifs (une rubrique particulièrement mise en avant dans Dis-Leur !) pour valoriser et accompagner les initiatives des habitants du territoire. Autant de mesures en faveur du pouvoir d’achat et de décision des habitants d’Occitanie qui répondent à l’urgence climatique et qui seront amplifiées par le plan de transformation et de développement Green New Deal que lance la Région.

« Nous voulons sortir de l’hyper-métropolisation, trouver un modèle de développement moins consommateur en énergie, en terres agricoles et faisant la part belle aux circuits courts », a précisé Carole Delga. La crise sanitaire s’est aujourd’hui muée en crise sociale et économique, d’une ampleur sans équivalent depuis 1945, et qui appelle une réponse forte. « Aujourd’hui avec le lancement d’un grand plan de relance pour l’emploi de 211 M€, avec un effet levier de 400 M€, la Région Occitanie vient soutenir les grands secteurs économiques régionaux que sont le tourisme, l’aéronautique, le BTP ou encore la viticulture, pour booster la reprise de l’activité, favoriser l’emploi et lutter contre la précarité ».

581 M€ mobilisés pour un effet levier d’1 milliard d’euros

« Fondée sur la feuille de route Occitanie 2040 et nourrie des enseignements de la crise que nous traversons actuellement, le plan de transformation et de développement Green New Deal imaginé par la Région Occitanie apporte des solutions concrètes pour penser l’avenir autrement. Démarche unique en Europe à l’échelle régionale, le Green New Deal balaye tous les champs d’action de la Région, et se fonde sur l’expertise de tous : experts, élus, institutions représentatives… » Il accorde également une large place à la citoyenneté active, via le lancement d’une convention citoyenne pour l’Occitanie dont les propositions seront soumises au vote citoyen. L’alimentation, acte I de ce plan ambitieux, sera voté en assemblée plénière ce 16 juillet et lancera le top départ de ce plan dont l’adoption finale est prévue pour novembre 2020.

perturbateur endocrinien et alimentationAu total, la Région mobilisera 581 M€ pour un effet levier d’1 milliard d’euros, « financés, a précisé Carole Delga entourée de Nadia Pellefigue, vice-présidente à l’économie et d’Agnès Langevine, vice-présidente également, « aux deux-tiers par autofinancement (avec des économies à travers le fonctionnement des lycées qui n’ont pas ouvert depuis mars ; la formation des demandeurs d’emploi qui n’a pas eu lieu ; grâce à des recettes nouvelles au travers du fonds L’OCCAL dans lequel participent départements, intercommunalités et État ; et enfin un emprunt de 195 M€. »

Agence régionale d’investissements stratégiques

Parmi les actions remarquables, on trouve une enveloppe de 12 M€ – avec effet de levier de 34 M€- qui seront réservés à un plan de relance du tourisme vert ; 80 M€ pour le fonds L’OCCAL, 100 M€ pour l’aéronautique ; 7 M€ pour la viticulture. Nouveauté, « accélérer la rénovation énergétique des bâtiments. « Notre but c’est de rénover 52 000 logements chaque année d’ici 2030, puis 75 000 au-delà », a précisé la présidente de Région. Des rénovations bénéficiant de l’éco-chèque logement (jusqu’à 1 500 € d’aides). Un nouvel outil apparaît : une trentaine de guichets uniques de rénovation (une dépense de 12,7 M€ avec effet levier de 32 M€) pour mieux informer et au plus près et accompagner ceux qui veulent rénover leur logement. Le but : permettre 1,1 milliard d’euros de travaux d’ici 2023. Dans ce plan, il y a bien sûr la formation, notamment dans les CFA avec 34 M€ dont 6 M€ de fonds européens.

Sport-santé : Quand les enfants modèlent leurs parents
Photo O.SC.

Ce n’est pas tout. La collectivité va créer une agence régionale pour les investissements stratégiques. Le but : investir dans des entreprises régionales stratégiques, aider à relocaliser des activités et des savoir-faire dans les filières de la santé, des énergies, de l’économie circulaire, de l’agroalimentaire et du numérique. Pour cela, la Région sera actionnaire de cette agence aux côtés des habitants de la région qui voudront y participer. L’épargne des ménages a cru de façon très importante pendant le confinement. Elle est estimée à 100 milliards d’euros d’ici la fin de l’année. Et pourrait être investie en partie dans des projets régionaux.

Une vaste consultation citoyenne

Enfin, la Région lance une vaste consultation citoyenne pour l’Occitanie : la citoyenneté comme socle du développement régional. Nom de la région, états généraux du rail, Occitanie 2040, alimentation… La Région a organisé « 5 concertations. Elle a lancé des budgets participatifs d’envergure. A l’aune de cette expérience, la collectivité va donc lancer une convention pour que les habitants prennent pleinement part à ce Green New Deal. Sa centaine de membres tirés au sort pourront auditionner des experts et d’autres organisations. Des techniciens seront là pour les aider. A l’issue leurs propositions seront soumises à l’ensemble de la population au cours d’une votation.

Olivier SCHLAMA

  • (1) Peu de temps après l’adoption de cette nouvelle trajectoire, la crise sanitaire a mis un coup d’arrêt brutal à la dynamique enclenchée, « obligeant la Région à réorienter son action vers un but unique : protéger les habitants et préparer l’avenir. A travers un plan d’urgence de 370 M€ comprenant tout à la fois la fourniture de masques à la population et aux personnels de santé, la mise en place du transports à la demande pour les soignants, des aides à la trésorerie pour les entreprises du territoire puis un soutien à l’investissement pour le commerce, l’artisanat et le tourisme, ou une aide alimentaire pour les plus démunis, la Région a démontré toute sa capacité à agir rapidement et avec agilité, afin d’apporter aux habitants des réponses concrètes, simples et efficaces. »

« L’Occitanie accélère ; Macron, lui, est à la recherche du temps perdu… »

« Je regrette que Macron n’ait pas engagé quelque chose de plus grand et plus rapide qu’en septembre ou octobre et qu’il n’ait pas décidé d’imposé davantage les hauts revenus, comme je l’avais proposé. Dans ces moments de grandes difficultés, il faut des gestes de solidarité », a reproché Carole Delga. Développement du rail, transition écologique, relance économique… L’Occitanie accélère ; le président de la République, lui, est à la recherche du temps perdu ! » a-t-elle cinglé.

« Trois ans que l’on demande la réouverture de six lignes… »

Carole Delga, présidente de la région Occitanie. Ph. O.SC.

Pour la question du rail, la présidente de région a souligné être très surprise de ce revirement de Macron rappelé que « cela fait trois ans que l’on demande la réouverture de six lignes de trains. Il n’y a pas le début d’un commencement de travaux », comme Dis-Leur vous l’a expliqué ICI. « Et alors que nous étions prêts à les financer à 100 % ! » Elle a expliqué qu’un amendement avait été « conçu ici puis porté par tous les présidents de régions avant que le Sénat ne s’en saisissent et propose un amendement qui a été voté à Noël et dont on attend toujours les décrets d’application ! »

« Le fret ? Tout d’un coup, c’est revenu à la mode… »

Elle a poursuivi : « Le Paris-Cerbère, on éponge la moitié du déficit de cette ligne qui est de 1,4 M€ par an et après on s’entend dire par le gouvernement qu’il faut faire des économies mais lui nous menace de supprimer des lignes si on ne paie pas… Le Paris-Tarbes, surnommé la Colombe Bleue ? Supprimé. Je ne vous raconte pas le combat pour le Paris-Rodez de nuit qui n’est présent que le vendredi soir et le week-end ! Et comment ça impacte là aussi la saison touristique… »

Et encore : « Le fret ? Tout d’un coup, c’est devenu à la mode. Et le Rungis-Perpignan où rien n’avance ??! Nous avons fait des propositions avec des camions frigo… » Sans oublier la gratuité des autoroutes qui aurait été une bonne mesure surtout si on la connecte avec le million de billets à 1 € en Occitanie… »

O.SC.

Vivre l’après-crise avec Dis-Leur !