Conso : Acheter made in France, c’est « un engagement citoyen global… »

Camille Hourdé & Jonathan Bernard, Co-Fondateurs. de Mon Achat Français. Photo D.-R.

« Les Français sont à la recherche de produits locaux, conçus et fabriqués au plus près de chez eux. Ils sont ainsi sûrs de ce qu’ils consomment et sont également fiers de participer à la vie économique du pays. » MonachatFrançais.fr est une nouvelle place de marché française qui va dans ce sens, répondant par ailleurs à une problématique d’accessibilité des produits français sur le web.

« Le succès des produits made In France ne cesse de grandir depuis quelques années. Acheter Français est un engagement citoyen global, qui rassure le consommateur sur la composition de ce qu’il achète, et lui permet de soutenir des entreprises françaises. Le confinement du début de cette année 2020 a rappelé aux Français l’importance de soutenir les artisans, les commerçants et les entreprises locales », expliquent les créateurs de Mon Achat français

Approvisionnez vous

en produits français ! »

dit Bruno Lemaire

Pour Jonathan Nernard, à l’origine du projet et grand admirateur de Guillaume Gibault (Le slip français), « c’est un marché en  pleine extension. Avant tout, il y a eu l’envie d’apporter notre pîerre à l’édifice. Et en tant qu’expert en stratégie digitale, c’est naturellement dans ce domaine qu’il fallait s’engager… »

Selon une enquête Ifop de 2018, plus de la moitié des Français regardent le pays de fabrication au moment d’acheter un produit ou un service. Si ce critère de l’origine du produit demeure un levier d’achat (pour 21%) moins important que la qualité (66% de citations) ou le prix (65%), l’étiquette Made in France revêt toutefois une signification particulière pour de nombreux consommateurs. Et selon une autre étude, 58% des achats en ligne sont réalisés sur des marketplace

Le Ministre de l’économie luimême, Bruno Lemaire, lançait d’ailleurs à ses concitoyens le 24 mars dernier : « Approvisionnez-vous en produits français ! » Facile à dire, mais pas forcément si facile à faire… Ces mots, ils sont tombés dans l’oreille de deux étudiants en Master au sein de l’école Digital Campus Montpellier : Camille et Jonathan…

Pas évident pour un particulier de dénicher les bons produits sur internet

« Cette idée est venue suite à la « rencontre » d’une problématique en début d’année 2020, lors d’une expérience d’achat d’un produit en ligne made in France. Nous nous sommes aperçu très rapidement de la complexité pour un particulier de rechercher un produit français sur internet sans vouloir pour autant rechercher une marque précise… », soulignent-ils.

Car pour le deux jeunes gens : « Nous croyons qu’une entreprise ne peut plus être un simple acteur économique, nos entreprises doivent être censées, remplir une mission et partager des valeurs fortes adaptées à son écosystème… »

Pour Camille et Jonathan, il n’en fallait pas plus pour faire naître une lueur, une lumière, enfin, une idée ! « Puisque, parmi les entreprises françaises, toutes n’ont pas la chance ni les moyens de posséder un site internet ou une plateforme de vente en ligne afin d’assurer leurs ventes et leur activité (…) Nous nous sommes lancés dans un projet innovant sans qu’ils aient à investir dans une plateforme personnelle pour leur entreprise. »

Environ 300 références et toujours plus de demandes

En un peu plus d’un mois d’existence (depuis le 16 janvier), Mon Achat Français a déjà fédéré bon nombre d’entreprises et proposent près de 300 produits, de marques exclusives comme de petis créateurs. Dans des domaines aussi différents que la mode et les accessoires , la beauté et et le bien-être , la gastronomie, l’aménagement de la maison ou la puériculture et l’enfance.

« Il y a beaucoup de demandes précise Jonathan. Mais il y a toujours une phase de vérification sur les produits et leur réferencement », précise le jeune homme actuellement en Master, tout comme son associée Camille Hourdé.

« Le made in France (…) une grande famille »

« Avec le made in France, j’ai eu le sentiment de découvrir un univers différent, poursuit Jonathan. C’est un peu comme une grande famille. Il y a encore beaucoup de perspectives. Actuellement on est à fond sur la marketplace. Mais ensuite on veut organiser des ventes privées, créer du stock pour réduire encore les coûts. Il faut agir pour dépasser les apriori. Le made in France n’est pas plus cher. Et la qualité est là. Enfin, on espère pouvoir aller à la conquête des pays frontaliers pour y faire connaître les produits français de qualité… »

Mon Achat Français, rejoint ainsi le petit cercle des plateformes qui mettent en valeur le savoir-faire des entreprises de l’hexagone, avec une philosophie : « être à la fois un intermédiaire juste et éco-responsable, mettant en lumière les circuits courts et les entreprises créatrices d’emplois. »

Philippe MOURET

Le « made in… », Dis-Leur !