Comportement : Les Français et leurs animaux de compagnie

Pour une large majorité de Français, l'animal de compagnie est "un membre de la famille..." Photo D.-R.

Exercice inédit, le baromètre réalisé par l’institut IPSOS pour Royal Canin (société dont le siège social est à Aimargues, dans le Gard) révèle l’importance qu’attachent les Français à leurs animaux de compagnie et à la notion du bien-être animal. Un sujet fort dans une région qui compte parmi les plus « peuplées » en termes de petits compagnons

Durant le confinement, Dis-Leur ! a suivi de près les inquiétudes et actions autour de l’accueil et de l’adoption d’animaux de compagnie. Quelques semaines plus tard, et même si les conditions de départs en vacances seront atypiques cet été, on sait que la saison n’est pas toujours une période heureuse pour les animaux domestiques…

L’Occitanie sur le podium des régions les plus « peuplées »

Chiens et chats sont appréciés en Occitanie. Photo D.-R.

Avec 14,2 millions de chats et 7,6 millions de chiens, les animaux de compagnie occupent une place essentielle dans la vie des Français. Si l’on se limite au seul recensement des animaux officiellement enregistrés par l’I-CaD (identification des carnivores domestiques : chiens, chats, furets) l’Occitanie est la troisième région de France après la Nouvelle-Aquitaine et Auvergne-Rhônes-Alpes… L’I-CaD. En 2018 on a enregistré en Occitanie 92 731 chiens, 70 902 chats et 206 furets.

Pourtant, la France fait aussi partie des pays d’Europe qui enregistrent le plus grand nombre d’abandons d’animaux, évalués à environ 100 000 par an. Pour tenter d’endiguer ce phénomène, le gouvernement a confié une mission parlementaire au député LReM des Alpes-Maritimes Loïc Dombreval, qui rendra ses conclusions dans les prochaines semaines.

Un vaste chantier, qui vise à améliorer la condition des animaux. Le baromètre présenté ici révèle des enseignements majeurs sur le niveau de connaissance des Français à l’égard de la législation en vigueur ainsi que les solutions auxquelles ils souscrivent pour responsabiliser davantage les possesseurs d’animaux.

« De véritables membres de la famille… »

Inséparables ! Photo D.-R.

Pour sa première édition, le baromètre Royal Canin / IPSOS met en lumière la place centrale occupée par le bien-être animal dans l’esprit des français : 95 % d’entre eux affirment en effet que « les animaux disposent de droits. »

Alors que la plupart des sondés considèrent leurs compagnons comme « de véritables membres de la famille », ils établissent à l’égard des propriétaires un certain nombre de devoirs : ne pas l’abandonner, ne pas le maltraiter, lui fournir un environnement décent ou le sortir quotidiennement, sont autant d’obligations considérées comme inhérentes à la possession animale pour plus de 80 % d’entre eux.

Une connaissance imparfaite de la législation

Pour autant, il existe un certain contraste entre le rapport au bien-être de leur animal des propriétaires de chiens et celui des propriétaires de chats : ces derniers accordent en effet moins d’importance à l’alimentation de leur compagnon et se rendent moins régulièrement chez le vétérinaire.

Par ailleurs, les Français disposent d’une connaissance imparfaite de la législation actuelle. La moitié ignore ainsi ce qu’implique la loi de 2015 qui reconnaît l’animal comme un “être vivant doué de sensibilité”. Dans une plus forte mesure, l’étude révèle la méconnaissance particulière des Français quant aux risques encourus face à des infractions de ce type. Alors que l’abandon est un acte passible de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 & d’amende. Seuls 56 % estiment aujourd’hui qu’ils risquent une peine de prison.

Oui à plus de sévérité mais… sans payer

Les personnes interrogées se disent dans une grande majorité favorables à un renforcement, voire un durcissement de la loi. Pour responsabiliser davantage les propriétaires d’animaux, la signature d’une charte de non-abandon au moment de l’adoption s’impose comme une solution largement plébiscitée, suivie de près par l’interdiction de vente des animaux dans les magasins spécialisés (jardineries ou animaleries).

Ils vous ont à l’oeil ! Photo D.-R.

A contrario, les mesures véritablement contraignantes pour les propriétaires sont plus difficilement admises, en particulier s’il est question de payer : ainsi, seulement la moitié des sondés juge efficace le conditionnement de l’adoption à la délivrance d’un permis payant, et seulement 20% d’entre eux estiment l’instauration d’un impôt spécifique comme une solution appropriée (c’est le cas par exemple en Belgique, où il est de 117 € pour un chien, en moyenne).

Du Gard aux cinq continents !

Née dans les années 60 dans le Gard, Royal Canin s’est développé à travers le monde, ouvrant en 2018 sa quinzième usine à Gimje, en Corée-du-Sud !

Travaillant en partenariat avec des nutritionnistes, éleveurs et vétérinaires du monde entier, l’entreprise d’Aimargues développe des produits toujours plus adaptés (aliments anallergéniques, nourriture liquide, etc) et déploie même une politique d’accueil des chiens Pet friendly, permettant aux collaborateurs de venir travailler accompagnés de leurs chiens…

Philippe MOURET

Enquête réalisée du 26 au 28 mai 2020, auprès de 1003 personnes, constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Échantillon interrogé par Internet via l’Access Panel Online d’Ipsos.

Dis-Leur ! et les animaux de compagnie