Présidentielle : la campagne sous les yeux d’une « spin doctor »

© Wikimedia Commons

Ghyslaine Pierrat est « spin doctor », docteur en communication politique et économique, diplomée de la Sorbonne. Elle est l’auteur de deux livres. Le récent « Qui sont les acteurs et influenceurs de la vie politique française ? » propose 44 portraits intimes et médiatiques, illustrant l’ensemble du paysage politique français… à lire à moins de deux mois de l’élection présidentielle.

Quel regard portez-vous sur cette campagne pour l’élection présidentielle, pour le moins atypique ?

Un regard objectif et inquiet à long terme. Objectif parce que l’analyse que je fais est empreinte d’une vraie neutralité. Un Spin Doctor n’est pas un militant et revendique une vraie autonomie politique. Dans cet esprit, je viens d’écrire plusieurs portraits politiques, avec la plus grande objectivité. Je connais bien toute la classe politique,  voire très bien.  Aujourd’hui, je suis évidemment circonspecte, agacée sur cette campagne inédite et imprévisible.

Regard inquiet : parce qu’on frise la folie par le rythme de la campagne, par ses coups de tonnerre et ce climat judiciaire qui pollue non seulement la campagne mais aussi l’idée que je me fais de la démocratie. J’ai travaillé quatre ans au Ministère de la Justice et je respecte les magistrats. Mais aujourd’hui, le climat politico-judiciaire oscille entre électrique et hystérique… Résultat : les extrêmes caracolent sous les regards incrédules de tous.

L’inédit réside dans la violence et le fait que les deux grands partis républicains risquent de ne pas être au second tour. L’actualité judiciaire, médiatique télescopent, sans cesse, la campagne avec une cascades d’événements sans précédent. On ne parle plus de contenu, des propos, par exemple, de François Fillon sur la sécurité sociale, sur son approche de la société civile. On commente le dernier scandale. Reste le choc des personnalités, les luttes d’influence, les déflagrations d’annonces judiciaires et les coups d’éclat médiatiques. Le débat d’idées est devenu inaudible !

En ce début de semaine, Francois Fillon essaye de rassembler une droite très fragmentée. La Gauche cherche son alliance majeure, embourbée par le choc des personnalités. Emmanuel Macron a une petite longueur d’avance. Mais, il part en vrille, en situation d’improvisation, à intervalles réguliers. Marine Le Pen joue la carte de la de-diabolisation de son parti.

Nul doute, comme je l’annonçais dans mon dernier livre : « La personnalité des protagonistes va être l’élément déterminant du vote de mai 2017.  »

Pensez vous que ce scrutin va marquer la fin de la Ve République telle qu’elle a fonctionné jusqu’ici ?

Non , je ne le crois pas. La Ve République va survivre à cette crise politique, cette crise démocratique. En revanche, j’aimerais que l’on retrouve le rythme original du septennat. Je n’étais pas favorable au quinquennat. C’est une erreur.

Qui peut le plus en profiter : le FN, Macron, ou l’abstention ?

Les trois ! Le FN qui se plaît à globaliser tout le monde et utilise des lieux communs à longueur de meetings. Ce populisme séduit beaucoup de Français, de plus en plus perdus, avec des discours erronés et populistes. Je le redis : Le FN n’a pas le monopole du patriotisme !

Macron incarne la nouveauté, la jeunesse : très bien. Il a, pour lui, le vent en poupe et une partie d’une opinion publique en rupture. Mais les erreurs des emprunts de phrases à de Gaulle, celle de la décolonisation, la réaction de banalisation au salon de l’agriculture sont marquantes. Je ne suis pas d’accord pour dire que le jet d’oeuf qu’il a reçu au salon, peut être qualifié d’ une phrase de dérision : C’est du folklore ! » Non ! L’agriculture, c’est un Monde qui est en train de mourir, c’est un suicide par jour, c’est une population qui nourrit sa fille : La France ! Le jet d oeuf, c’est un geste de colère, un geste de désespéré, qui appelle du concret des politiques, Du politique.

Marine le Pen et Emmanuel Macron sont des candidats de la crise, issus de la crise. Macron  sera peut-être élu, mais il n’a pas trouvé son « positionnement stratégique identitaire d’image » et il doit faire attention à ne plus déraper,  à intervalles réguliers. Il doit montrer sa gravité, sa compréhension  du monde. Je cherche son épaisseur d’être. Son gouvernement d’union nationale sera-t-il la bonne idée ? Va t il se faire dévorer par tous les crocodiles qui rappliquent ?

La France a tant besoin d’un sursaut. Elle a mal et j’ai mal avec elle ! Quant à l’abstention c’est en point d interrogation. Soit, elle sera forte au premier tour, si c’ est un vote par défaut. Soit, il y aura un regain de citoyenneté parce qu’il y aura des dangers à combattre.

En échouant à s’accorder, Hamon et Mélenchon n’ont-ils pas raté une occasion inespérée pour la gauche de remporter l’élection ?

Incontestablement, mathématiquement, ils auraient été en position de force, ensemble, avec Jadot ! Leur divergence sur la question européenne, leurs ego respectifs, leurs personnalités  les empêchent de faire un pacte, une alliance pour La France. La Gauche a écrasé toutes les intelligences montantes. Elle se retrouve nue. A gauche, certains sont passés de la déception, à la trahison, de la trahison à l’indifférence. On a besoin d’une vraie Gauche et d’une vraie droite. On a besoin de hausser le niveau politique !

Macron peut-il tirer profit de ce contexte, ou au contraire être plombé par l’hétérogénéité de ses soutiens ?

Je crois qu’il peut gagner cette Présidentielle 2017. Mais attention à ce qu’il ne soit pas dévoré par ses soutiens à gauche. Je lui pose directement la question : alors qu’il y a un rejet de la Gauche, incarnerez vous encore l’alternance aux yeux des Français ? Et si vous êtes au second tour face au « danger Le Pen » , quel sera votre positionnement pour une victoire républicaine ?

Et Fillon, que pensez vous de sa gestion de « l’affaire » ?

Il a eu tort de choisir un positionnement Monsieur Probité.Chaque fois qu’un candidat revendique un « plus de moralité », Jospin l’avait fait, ça part en vrille. Sa communication politique est déficitaire, non imaginative, décalée, en retard… Il n’est pas synchronisé avec son conseiller-spin doctor… Les gens ne sont pas naïfs, ils n’attendent pas un axe sur la moralité mais une revalorisation du politique, une excellence…

Hormis Marine Le Pen, l’absence de femmes dans le débat n’est-elle pas la marque du « plafond de verre » qui demeure en France, quand nos voisins (Allemagne, Grande-Bretagne) ont franchi le pas ?

La France dirigée par une femme ! Quel beau défi ce serait. Encore faudrait-il qu’une femme Présidente ne se virilise pas et qu’elle agisse avec une sensibilité de femme. Une future Présidente doit montrer ce que c’est d’être dirigée par une femme. Les femmes en politique ont du mal à trouver le juste positionnement . Le juste équilibre. J espère qu un jour, une femme sera Présidente de la République, d’autant plus que les femmes représentent plus de la moitié du corps électoral .

Propos recueillis par Philippe MOURET

En savoir plus : www.ghyslainepierrat.com ou dans ses livres : La communication n’est pas un jeu (Les spin doctors à la française) et Qui sont les acteurs et « infuenceurs » de la vie politique française – 44 portraits intimes et médiatiques; les deux aux éditions L’Harmattan (www.editions-harmattan.fr)