Littoral 21 : vers un paysage « archipel »

Carole Delga à La Grande-Motte

Annoncé en juillet 2016, le « Plan Littoral 21 » dispose à présent d’un milliard d’euros pour doper la « croissance bleue ». Carole Delga espère faire de sa région la destination nautique N°1 en Europe.

Un milliard d’euros pour le « Plan Littoral 21 ». Pas peu fière, la capitaine de la région Occitanie (sous-titrée Méditerranée-Pyrénées), la socialiste Carole Delga, a présenté, hier, à la Grande Motte, la moisson financière obtenue, pour pouvoir mener à bien son très ambitieux et très nécessaire « Plan Littoral 21 », annoncé en juillet 2016. L’objectif : définir et mettre en œuvre, d’ici à 2050, le développement global du littoral occitan.

Lors d’une assemblée extraordinaire du « Parlement de la mer », tenue à la Grande-Motte, l’emblématique station balnéaire de la « Mission Racine », Carole Delga a précisé : « Ce n’est pas du saupoudrage. (…) Ce milliard, il est sûr et certain. Nous l’avons. Je suis heureuse d’avoir pu séculariser le financement avant certaines échéances électorales ».

Plan Littoral 21 : Acte III

A trois jours du premier tour de l’élection présidentielle la plus farfelue et la plus incertaine de la Ve République, l’élue socialiste a réussi à rassurer les membres du « Parlement de la mer », cette institution unique en France (qui représente la communauté maritime régionale) née en 2013 et destinée à doper la « croissance bleue », ce mariage d’économie et de préservation de l’environnement. C’est donc désormais une certitude : ce Plan Littoral 21 va bel et bien être lancé. « Après le temps de la concertation, celui des financements, place maintenant à la réalisation de ces projets » s’est enthousiasmée Carole Delga.

Des bateaux volants

La grande nouveauté de ce « Plan Littoral 21 » (hormis la création d’un « Contrat de Plan Littoral », en 2018) c’est que ce projet regarde bien au-delà du trait de côte : les ports et les stations balnéaires ne doivent plus se limiter à être des fenêtres sur la mer, mais ils doivent devenir des « portes sur la terre ». L’arrière-pays fait donc désormais intégralement partie du Plan Littoral 21, et ce – Carole Delga l’espère- non plus simplement durant l’été, mais durant les quatre saisons de l’année.

« Il doit y avoir une complémentarité, et non un compétition, entre l’arrière-pays et la mer » a souligné la Présidente qui espère faire de sa région la première destination nautique d’Europe, notamment avec ces « bateaux volants », les « foils » : des bateaux équipés d’ailes sous-marines, développés par l’Université de Montpellier, et qui permettent aux voiliers d’aller deux fois plus vite que le vent.

De l’habitat flottant

Le Plan Littoral 21, ce n’est pas seulement une refonte de l’habitat touristique. C’est aussi une philosophie qui veut préserver les espaces naturels présents tout en régulant les constructions nouvelles, via la création d’une charte urbanististique et environnementale. L’Innovation est ici le maître-mot. Tant au niveau nautique, sportif, écologique que scientifique. Les parcs d’éolien flottant de Gruissan et de Port-La-Nouvelle y trouvent leur place, mais aussi un mystérieux projet d’ « habitat flottant » dont la Présidente Delga n’a pas encore voulu donner les détails.

Rosanne MATHOT

 

La fin de la « Mission Racine » En 1963, l’État lançait la fameuse « Mission Racine ». C’est elle qui a – en grande partie – façonné les 220 km de côtes de la région, en faisant la promotion du tourisme de masse dont ne veut plus la Présidente Carole Delga. La Mission Racine a créé, ex nihilo, les stations balnéaires de la Grande-Motte, le Cap d’Agde, Gruissan, Port-Leucate et Saint-Cyprien. Aujourd’hui, – outre la pollution des lagunes et des eaux maritimes, l’inadaptation des infrastructures et l’étalement de l’urbanisation – cet habitat cinquantenaire a (mal) vieilli. Il n’est plus de taille pour séduire les touristes, auxquels de plus spacieux et plus modernes appartements font de l’oeil en Italie et en Espagne. Sans les actions concrètes prévues dans le « Plan Littoral 21 », l’attractivité du littoral occitan est clairement menacée.