Occitanie : ces métiers qui recrutent en urgence

A Toulouse, des transporteurs, qui perdent des marchés faute de chauffeurs, s’unissent dans une journée de recrutement privée pour trouver 100 salariés ; un forum de l’emploi, qui propose dès ce jeudi plus de 3 000 postes notamment à des métiers en tension permanente, est plébiscité par demandeurs d’emploi et recruteurs d’Occitanie… Une situation corroborée par les statistiques de l’Insee et les projets de recrutement potentiels, en hausse, recensés par Pôle Emploi. Tour d’horizon.

Ils n’ont pas le temps d’attendre la Journée mondiale du transport, en septembre. Ils ont choisi un samedi, le 10 juin prochain, pour recruter tous ensemble. Au lieu de se reposer, ils vont tenter de trouver les candidats idoines. C’est du côté de Toulouse, capitale du rugby, où un groupement d’entrepreneurs indépendants  la jouent en pack serré.

« Je viens de refuser un marché d’un million d’euros par an (dix tracteurs par jour à transporter pendant cinq ans) faute de chauffeurs… On a tout essayé : des annonces sur Facebook, le Bon Coin, etc. On est dans une impasse ! » s’alarme Serge Bioret. Le P.D.G. des transports Pech, à Saint-Jory, près de Toulouse, et de TER Transports, à Courthézon, (Vaucluse), est à la tête de 400 salariés qui génèrent 45 millions d’euros de chiffre d’affaires par an, et aimerait bien en recruter au moins 25 de plus. Il s’est associé avec neuf autres entreprises du secteur pour organiser cette journée privée et gratuite. « On s’est dit un jour : « qu’est-ce que l’on peut faire de plus »..? C’est comme ça qu’est née cette idée… »

Dis entreprises s’unissent pour créer une journée de recrutement. Photo : DR.

Pas moins de onze transporteurs routiers de l’ex-Midi-Pyrénées, réunis dans le Groupement de transporteurs toulousains GPTR, qui ont donc un besoin urgent de conducteurs et autres professionnels de la route, offrent des postes qui sont à pourvoir principalement à Toulouse et en Région Occitanie lors de cette journée baptisée Job Routes. Cette journée, qui aura lieu le samedi 10 juin prochain au Lycée Polyvalent Joseph Galliéni de Toulouse, situé au 79 Route d’Espagne,  vise, en marge, à sensibiliser l’opinion publique et les responsables politiques à la problématique de la formation et du recrutement de salariés qualifiés dans le transport routier.

« Plus de 50 offres seront à pourvoir immédiatement en CDD et CDI, principalement des chauffeurs poids-lourds, exploitants et mécaniciens, et 50 autres offres seront créées d’ici la fin de l’année, en grande majorité en Occitanie» explique Claude Sclaunich, l’un des organisateurs de Job Routes.

« Nous sommes dix belles entreprises indépendantes où il fait bon travailler ; on se voit entre nous pour manger un morceau, boire un verre et surtout travailler et, au départ, le groupement s’appelait les Copains d’Abord ! reprend Serge Bioret. D’ailleurs, on a peu de turn-over. Notre secteur ne se porte pas si mal que ça. On a eu une période difficile avec l’histoire de l’Ecotaxe,  finalement avortée. Si le prix du gazole reste stable et qu’il n’y a pas de conflits plus importants au Moyen-Orient, on peut continuer à prendre notre part du gâteau… » Selon lui, c’est l’arrêt du service militaire, qui donnait l’occasion à des jeunes de monter dans un camion, qui a créé cette perte de vocation. « On se retrouve aujourd’hui avec des chômeurs à qui l’Etat oblige, parfois, de passer un permis poids lourd et qui ne restent pas pas ensuite dans la profession… »

Carrefour emploi : 890 contrats signés en 2016

Le transport terrestre sera représenté, bien évidemment, ces jeudi 18 mai et vendredi 19 mai où se tient à Toulouse, le traditionnel Carrefour emploi, organisé dans le hall 7 du Parc des Expositions, de 9h à 17h30, par une association d’utilité publique, Carrefour pour l’emploi. Un organisateur atypique qui se joue des lourdeurs des institutions classiques et sait mobiliser « façon commando ». Et pour cause : cette association a été créée, à l’origine, pour aider à la reconversion de militaires. « Dans la foulée, des entreprises sont venues nous chercher pour que l’on élargisse nos compétences. Nous sommes pleinement mobilisés pour faire correspondre l’offre et la demande », confie l’un des membres de Carrefour pour l’emploi, présent dans cinq régions dont Paris et qui organise un forum, en octobre, très couru, dans la capitale réunissant 500 entreprises. Et, peut-être qu’un jour, l’ex-Languedoc-Roussillon aura son propre Carrefour emploi.

Gratuit et ouvert à tous, ce forum réunit plus de 250 recruteurs proposant près de 3 000 postes à pourvoir à tout niveau de qualification, dans la plupart des secteurs d’activité. Initiative portée par Toulouse Métropole, ce forum est l’occasion idéale pour les candidats à l’embauche de rencontrer un maximum d’employeurs en un minimum de temps.

Le Carrefour emploi en 2016 avait réuni 12 000 visiteurs. Photo : DR

Il s’adresse aussi bien aux employés qu’aux ouvriers, techniciens, agents de maîtrise, militaires en reconversion, contremaîtres ou cadres ainsi qu’aux étudiants en recherche d’apprentissage ou d’une orientation professionnelle.

Ainsi, plus de 200 employeurs et centres de formation sont présents afin de permettre à chacun de proposer ses compétences pour un contrat, une formation en alternance ou un stage. Des ateliers et conférences seront offerts tout au long des deux journées.

Plusieurs univers thématiques s’adressent aux candidats autour des métiers du commerce, de l’industrie, du transport, de l’immobilier, des services à la personne et à la collectivité, du tourisme, ou de la vente… L’accent sera plus particulièrement mis sur la filière numérique-informatique-information, l’aéronautique et les industries associées, les services à la personne, sans oublier la reconduction de l’espace « Autres alternatives vers l’emploi ».

Afin de mieux répondre aux attentes des candidats, les structures présentes sur le salon sont réparties autour des métiers du commerce, de l’industrie, de l’administration, du transport- logistique, de l’immobilier, des services à la personne, du BTP, du tourisme, de la banque, de l’hôtellerie-restauration ou encore de la vente... Quant aux familles de métiers qui recrutent le plus et rapidement, on retient les métiers du support à l’entreprise, installation et maintenance, construction et BTP, commerce, vente et grande distribution ainsi que les services à la personne.

 Le bilan du précédent forum, en 2016, parle de lui-même qui avait attiré quelque 12 000 visiteurs. 41, 6% d’entre-eux avaient confié avoir « deux ou trois pistes sérieuses d’embauche à l’issue » et 81% des recruteurs s’étaient dit « satisfaits des candidats recrutés ». Les organisateurs ajoutent : « Au cours du forum 2016, chaque exposant a conservé en moyenne 93 CV, chaque candidat a déposé 5 CV en moyenne et, en moyenne, 22 candidats ont été retenus par recruteur, soit plus de 5 000 convocations ultérieures à un second entretien et surtout 890 contrats ont été signés, soit 1 offre pourvue sur 3,6 proposées… »

Hausse de l’emploi salarié, Toulouse concentre 33 440 projets de recrutement

Les métiers du rail sont également en recherche de candidats. La sncf avait même proposé, le 20 avril au centre de congrès  de Toulouse, un forum avec 300 emplois à la clef. Tous n’ont pas été pourvus.

C’est dans ce contexte que l’Insee enregistre une hausse de l’emploi salarié en Occitanie. De nombreux secteurs affiche des signes de reprise économique, au 4e trimestre 2016, si l’on en croit l’institut. Dans la région, l’emploi salarié marchand augmente de 0,6% soit un solde de 6 900 emplois supplémentaires. Cette hausse est à mettre principalement au crédit du secteur tertiaire. A noter que le secteur du BTP reste stable. Et que l’intérim est particulièrement actif avec une hausse de près de 6 % sur la même période. Enfin, le taux de chômage a reculé de 0,2 point dans la région où il demeure cependant assez haut (11,6%). Nouveau point positif : l’ensemble des treize départements d’Occitanie voit leur taux de chômage décroître. Enfin, le nombre de défaillances d’entreprises jugées au cours de l’année écoulée s’établit à 5 352, soit une baisse de près de 2% par rapport au cumul annuel à fin septembre 2016.

Ces statistiques rejoignent celles de Pôle emploi : pour 2017, près de 187 600 embauches potentielles ont été recensées en Occitanie (+4,4% par rapport à 2016). Avec 41% et 64% de ces intentions d’embauches, les départements de la Haute-Garonne et de l’Hérault sont les plus dynamiques des treize départements de la région. Et Toulouse concentre 33 440 projets de recrutements. Les services demeurent le premier secteur qui recrute (73%), suivi du commerce (11%). Ingénieur et métiers de l’informatiques sont parmi les métiers les plus recherchés à Toulouse mais aussi les agents d’entretien de locaux, et les aides à domiciles et aides ménagères. Des métiers en tension permanente.

Olivier SCHLAMA