Emploi : Les besoins en main-d’oeuvre progressent en Occitanie

Pôle Emploi annonce 187 600 projets de recrutement émis par les employeurs de la région pour 2017… Une progression annuelle de 4,4% qui place l’Occitanie dans la tranche haute d’une évolution comparable à l’échelon national.

Parmi les spécificités régionales, une saisonnalité moins marquée que les années précédentes et une progression des difficultés à embaucher, légèrement en dessous cependant de la tendance nationale, 34% contre 38%.

La baisse notable de la saisonnalité, dans une région où le tourisme à l’est et l’agriculture à l’ouest sont des secteurs essentiels, tient surtout à la hausse des autres secteurs, précise Christophe Carol, directeur régional adjoint de Pôle Emploi Occitanie (80 agences sur 13 départements). L’Occitanie reste tout de même une des régions où la saisonnalité reste plus marquée (51%), avec la Corse, Nouvelle-Aquitaine et Bretagne, alors qu’elle représente 39% en moyenne nationale. Plus spécifiquement, on note que les bassins de Agde-Pézenas (Hérault), Castelsarrasin (Tarn-et-Garonne) et Prades (Pyrénées-Orientales) présentent une saisonnalité supérieure à 80 % !

4 projets sur 10 en Haute-Garonne et Hérault

Les projets de recrutement des employeurs d’Occitanie sont essentiellement concentrés (4 sur 10) sur deux départements : la Haute-Garonne et l’Hérault, qui totalisent 77 600 projets, soit 41 % des besoins de la région. Derrière eux, le Gard (22 600) et les Pyrénées-Orientales (18 900). Au niveau des bassins d’emploi, les métropoles sont naturellement en tête avec 33 400 projets à Toulouse, 19 900 à Montpellier, 11 600 à Perpignan et 9 100 à Nîmes.

Les métiers les plus recherchés en Occitanie sont très diversifiés, allant de viticulteur, cueilleur à ingénieur et cadre d’études, en  passant par des monteurs, ajusteurs, ouvriers qualifiés de la mécanique… Néanmoins, les cinq premiers métiers les plus recherchés par les employeurs affichent une proportion d’activité saisonnière supérieure à 60 % : Plus de 16 000 dans la viticulture et l’arboriculture, plus de 14 000 dans les autres secteurs agricoles… Ainsi que 10 431 serveurs de cafés ou restaurants, 5 000 en cuisines, 4 284 employés dans l’hôtellerie et plus de 2 500 animateurs sportifs.

En comparaison, les métiers non saisonniers les plus recherchés sont les aides à domicile et ménagères (4 027 projets), les agents d’entretien de locaux (3 872) et aides et apprentis de cuisine (3 240)… Les ingénieurs, cadres et informaticien sont essentiellement recherchés en Haute-Garonne…

Difficultés en Aveyron, Lot, Lozère et… Toulouse

En Occitanie, un projet de recrutement sur trois est jugé difficile, en progression de 4 points par rapport à l’année précédente. Le taux de difficulté varie sensiblement d’un département à l’autre. C’est dans la Haute-Garonne, mais aussi dans les départements périphériques de l’Aveyron, le Lot et la Lozère que les employeurs déclarent le plus souvent des projets de recrutement difficiles. Les bassins d’emploi de Figeac, Rodez, Saint-Gaudens, Muret et Toulouse enregistrent des taux de difficulté très supérieurs à la moyenne, à l’inverse de Limoux, Prades et Lodève.

En présentant cette étude annuelle, pour laquelle plus de 160 000 établissements ont été consultés (pour un bon taux de retour de 43 900 questionnaires), Christophe Carol a insisté sur la grande diversité des profils recherchés et sur la nécessité du développement de formations qui permettraient à l’avenir de mieux répondre aux projets de recrutement des entreprises. Dans le domaine de l’informatique notamment, mais aussi pour de nombreux métiers de haute-technicité dans la construction et le bâtiment, tels que plombiers, chauffagistes, électriciens, chaudronniers ou spécialiste de la maintenance mécanique et électronique, par exemple pour l’aéronautique.

Des efforts sont réalisés par la Région, a souligné le directeur régional adjoint de Pôle Emploi, pour attirer et former les jeunes qui ne vont pas spontanément vers des métiers souvent jugés peu valorisants. Surtout dans une région qui n’a pas de forte culture industrielle. En Occitanie, 450 conseillers Pôle Emploi sont dédiés au développement de la proximité avec les entreprises et pour orienter les demandeurs d’emploi vers des formations pour les secteurs en demande. En juillet 2016, 58,6 % des demandeurs d’emploi ayant été ainsi formés ont trouvé un emploi dans les six mois suivant la formation. Le plan se poursuit en 2017…

Philippe MOURET

Tous les résultats de l’enquête BMO de Pôle Emploi : http://statistiques.pole-emploi.org/bmo/

Formation, lire notre article sur l’Icam Toulouse : http://dis-leur.fr/formation-decoller-plutot-decrocher-licam-toulouse/