BD : Fabrizio Dori lauréat à Sérignan pour « Gauguin, l’autre monde »

La 22e édition du festival de BD de Sérignan (Hérault) a été un succès populaire, malgré une météo qui a tourné à l’orage le premier jour, sans dissuader les fans lors de séances de dédicaces. L’italien l’a emporté pour un album édité aux éditions Sarbacane. Ce roman graphique s’intéresse à la fin de vie de Gauguin, la période artistiquement parlant la plus prolifique et la plus belle de son œuvre.

Il n’y a pas que la plage. Il y aussi les belles pages de BD à Sérignan. Celles du festival de cette ville près de Béziers (Hérault), sont, comme  toujours superbement dessinées. Et c’est à chaque fois une réussite populaire malgré, cette année, un temps incertain qui a même tourné hallebardes. Cette 22e édition vient de désigner son  lauréat pour un premier album  : c’est le dessinateur italien Fabrizio Dori pour son album sur Gauguin aux éditions Sarbacane.

Le jury présidé par Olivier Balez a souligné la qualité très homogène de la sélection de cette 22e édition. L’album Gauguin, l’Autre monde, propose un graphisme original et des couleurs dignes du peintre qui l’a inspiré. Quatre auteurs étaient en compétition et pas moins de trente-deux en dédicaces. Que de belles plumes avec : Lewis Trondheim, Fane, Mourier, Mr Garcin, Pascal Croci, Fabrice Erre, P’tiluc, Varanda, etc.

 

Pour cette 22e édition, le Festival  de Sérignan était baptisé « en route vers le futur ». Promesse d’avenir, l’homme a toujours tenté de se projeter vers ce rêve, vers cet abîme. Alors que la science ne peut pas encore prédire l’avenir, il est troublant de constater avec quelle exactitude les oeuvres de science-fiction ont su projeter l’humanité.
Tahiti, 1893… Dès le début du livre de Fabrizio Dori, le lecteur est, comme Gauguin lui-même, pris par la beauté envoûtante de l’île. On plonge avec lui dans le récit d’une légende tahitienne qui intrigue et recouvre la réalité d’une patine de merveilleux.

Ce roman graphique s’intéresse à la fin de vie de Gauguin, la période artistiquement parlant la plus prolifique et la plus belle de son œuvre. L’auteur nous propose un scénario original, en juxtaposant les périodes (créant notamment des flash-back qui renseignent sur la vie de Gauguin) et en mélangeant réalité et légendes.
Le changement régulier de personnages et de décors, donne un côté imprévisible à l’ensemble qui donne envie au lecteur, sans jamais le perdre, de poursuivre sa lecture, aidé en cela par un découpage en chapitres dynamique.

Président au style vintage

Cette année Olivier Balez est un président au style rétro, explique-t-on du côté de la municipalité. Il a posé sa valise à Angoulême où il vit en résidence à la maison des auteurs avec sa femme et ses deux filles. Avec Thierry Lenain, il illustre de nombreux livres aux thématiques ancrées dans le réel (Wahid, Lali l’orpheline, Dieu merci…) En bande dessinée, suite à sa collaboration avec Pierre Christin pour la revue XXI, il dessine la biographie de Robert Moses, l’architecte urbaniste de New York aux éditions Glénat. Et parallèlement à cela, il réalise de nombreuses couvertures de livres et collabore depuis plus de dix ans pour le journal Le Monde.

Olivier Balez était entouré d’un jury de spécialistes passionnés : Jean-Laurent Truc (blog BD Ligne Claire), Didier Bardy, un lecteur, Virginie Desrois, directrice de la bibliothèque départementale, Jean-François Marty, directeur du festival et de la médiathèque de Sérignan, et de Philippe Mouret, cofondateur du site d’infos en Occitane Dis-leur.fr.

Ph.M. & O.SC.

L’entretien  du président Olivier  Balez à (re)lire :

http://dis-leur.fr/bd-serignan-en-route-vers-le-futur-avec-olivier-balez/