Automobile et BD : Au Mans, le grand retour des Vaillante

Alors que les bolides tournent sur le circuit de la Sarthe, pour une arrivée dans l’après-midi de ce dimanche 18 juin, les amateurs de BD ont l’oeil rivé sur les deux bolides de l’écurie suisse Vaillante Rebellion qui mènent la danse en catégorie LM P2. Pour la sortie du nouvel album de la série créée par Jean Graton, c’est en effet sous les couleurs de la fameuse écurie BD que l’équipe participe à la fameuse course d’endurance.

C’est déjà le sixième tome de la nouvelle saison de la série de Bande dessinée, Michel Vaillant. Sous le titre Rebellion, ce nouvel album (aux éditions Dupuis) signé Philippe Graton (le fils de Jean) et Marc Bourgne, poursuit le renouvellement réussi de la série vedette sur tous les circuits du monde. Jean-Pierre, le frère de Michel et mythique « pilote sans visage » vient de mourir, laissant trois générations de Vaillant sous le choc. Pourtant, le grand show doit continuer et Michel Vaillant revient dans la course, avec pour co-équipiers Marc Prost et la bouillante québécoise Elsa Tainmont…

Rebellion, le nouvel opus des aventures de l’immortel Michel Vaillant

C’est la treizième fois que les bolides de l’écurie Vaillant se lancent dans la plus célèbre course d’endurance du monde, les 24h du Mans ! Dès Le Grand Défi, premier album de la série en 1958, puis dans le mythique Le 13 est au Départ (1960) et donc une dizaine d’autres. C’est aussi le circuit du Mans qui avait été choisi comme toile de fond du film réalisé par Louis-Pascal Couvelaire en 2003, sur un scénario co-écrit par Luc Besson.

Symboliquement, les deux vraies voitures engagées dans ces 24h de 2017 ont obtenu le droit de porter les numéro 13 et 31 (treize à l’envers). Des numéros quu leur ,portent chance, puisqu’au-cours de la nuit, elles dominaient leur catégorie devant la voiture du team Jackie Chan DC Racing ! Mais si regarder des bolides tourner en rond sur le bitume vous ennuie un peu, accordez vous donc une pause pour aller tourner les pages de ce nouvel album de l’éternel Michel Vaillant. Il pourrait bien vous donner envie de relire chacun des cinq autres volumes d’une nouvelle saison qui renouvelle intelligemment le genre… Ou les 70 qui constituent la « première époque » de la série…

Philippe MOURET